I. HISTORIQUE

 

Créé en  juin 1999 par M. Didier PHALIP sont actuel gérant et ancien Directeur Commercial d’une entreprise leader en produits naturels, la SARL Comptoir Provençal des Argiles a pour vocation le développement, la fabrication et la commercialisation de soins cosmétiques naturels labélisés.

Installée dès sa création à Hyères les Palmiers située à 48 kilomètres à l’ouest de St Tropez, cette commune est connue pour ses nombreux parcs protégés donc le parc national maritime de Port Cros et Porquerolles, c’est tout naturellement que la société y trouve son âme dans cet enivrement unique de Provence Méditerranéenne.

Le choix de la marque Naturado en Provence est le fruit d’une longue réflexion sur l’identité à donner à la gamme de soins naturels inspirée de la Provence ensoleillée.

Le nouveau logo développé en 2014, renforce cette identité avec l’apparition du pin parasol cher à nos paysages entre ciel et mer

En 2002, est créé la charte cosmétique biologique COSMEBIO, le COMPTOIR PROVENCAL DES ARGILES est l’une des toutes premières sociétés à y adhérer car cela correspond parfaitement à l’éthique de son fondateur.

Hyères : entre Ciel et Mer

a-1

 

II. L’ETHIQUE

 

Définition d’un cosmétique bio 

Un cosmétique bio désigne un produit contenant un maximum d’ingrédients naturels, issus du règne végétal comme les huiles d’olive, d’amande ou d’argan, le karité ou encore les extraits de fruits, les huiles essentielles et les eaux florales.

De plus, les fabricants s’interdisent par ailleurs d’utiliser des substances indésirables :

  1. Les silicones synthétiques (non biodégradables), les parfums de synthèse, les colorants et pigments de synthèse.
  2. Les conservateurs trop puissants c’est-à-dire détruisant la flore cutanée naturellement protectrice ou réputés allergisants.
  3. Les matières premières non renouvelables comme les huiles minérales, paraffinum liquidum, qui sont des résidus de la pétrochimie.
  4. Les ingrédients obtenus par des procédés de fabrications non respectueux de l’environnement et les matières premières supposant la mort d’un animal.

Enfin, les produits finis et matières premières ne sont pas testés sur des animaux vivants mais sur des personnes volontaires.

 QU’EST-CE QU’UN PRODUIT ISSU DE L’AGRICULTURE BIOLOGIQUE ? 

L’agriculture biologique est encadrée par des réglementations officielles.
Les produits biologiques doivent obligatoirement répondre aux exigences de l’un de ces règlements :

  • En Europe : Règlement européen (CE) N°834/2007 et ses règlements d’application (CE) N°889/2008 et (CE) N°1235/2008.
  • En Amérique du Nord : Règlement NOP (National Organic Program).
  • Au Japon : Règlement JAS (Japanese Agricultural Standard).

Le produit est contrôlé et certifié par un organisme indépendant et accrédité, comme Ecocert.

L’organisme certificateur garantit la traçabilité du produit tout au long de la filière :

  • production,
  • transformation,
  • conditionnement,
  • stockage et distribution. La vérification des produits sur le terrain peut être complétée par l’analyse en laboratoire.

Tous les produits du COMPTOIR PROVENCAL DES ARGILES portant la mention « issu de l’agriculture biologique » respectent obligatoirement les critères suivants :

  • Produits agricoles biologiques : culture évitant l’usage d’engrais chimique et produit de synthèse ; terres fertilisées par des engrais organiques et des minéraux naturels qui favorisent la vie du sol ; application du principe de précaution.
  • Animaux : nourris principalement avec des aliments biologiques ; soignés par méthodes douces ; élevés avec accès au plein air ; espace vital maximum.
  • Produits transformés : constitués d’ingrédients agricoles biologiques contrôlés et éventuellement d’ingrédients agricoles non biologiques et d’ingrédients non agricoles autorisés par le Règlement européen ou NOP.

 

 COMMENT LES PRODUITS BIOLOGIQUES SONT-ILS CONTRÔLÉS PAR ECOCERT ? 

Ecocert dispose d’un réseau de contrôleurs étendu dans plus de 80 pays pour contrôler sur le terrain les produits issus de l’agriculture biologique.

Ecocert procède à un contrôle par an minimum, complété par des contrôles inopinés au cours de l’année. Des prélèvements d’échantillons peuvent être effectués pour être analysés en laboratoire.

Toute la chaîne de production est contrôlée, de la matière première au produit fini. Une grille de sanction s’applique aux produits non conformes, pouvant aller jusqu’à la suspension définitive du certificat.

 QU’EST-CE QUE LA COSMÉTIQUE ÉCOLOGIQUE ET BIOLOGIQUE ? 

Précurseur dans ce domaine, Ecocert a créé et déposé le référentiel « Cosmétique écologique et biologique » en 2003. Un cosmétique certifié biologique par Ecocert doit obligatoirement porter la mention « Cosmétique écologique et/ou biologique certifié par Ecocert » et peut afficher le logo de certification Ecocert.

Ses critères sont parmi les plus exigeants du marché :

  • 95% d’ingrédients naturels au minimum dans le produit fini.
  • Absence d’OGM, parabènes, phénoxyéthanol, ingrédients issus de la pétrochimie ou chimie de synthèse ;
  • Pas de tests de produits finis ou de matière première sur les animaux.
  • Tout le processus de fabrication est contrôlé, jusqu’au conditionnement, les emballages et suremballages doivent être biodégradables et/ou recyclables.
  • L’étiquetage pour le consommateur doit être transparent.

Le cahier des charges définit deux niveaux :

  • Pour le label « Cosmétique écologique » : 5 % minimum du total des ingrédients doivent être issus de l’agriculture biologique (et 50% minimum des ingrédients végétaux de la formule).
  • Pour le label « Cosmétique biologique » : 10 % minimum du total des ingrédients doivent être issus de l’agriculture biologique (et 95% minimum des ingrédients végétaux de la formule).On en déduit facilement qu’UN COSMETIQUE LABELLISE «BIOLOGIQUE» EST DE FAIT «ECOLOGIQUE», MAIS AUSSI BIEN PLUS COMPLEXE QU’UN COSMETIQUE UNIQUEMENT LABELLISE « ECOLOGIQUE ».

 

 COMMENT EST CALCULÉ LE POURCENTAGE D’INGRÉDIENTS BIOLOGIQUES DANS LES COSMÉTIQUES ? 

Les 10% minimum d’ingrédients biologiques peuvent sembler un très faible pourcentage à première vue. Cependant, il faut se rappeler que l’eau représente le principal ingrédient dans la majorité des cosmétiques (50 à 60 % en moyenne) et qu’elle n’est pas certifiable. En effet, l’eau n’est pas issue de l’agriculture biologique.

Ces 10 % sont en réalité un pourcentage élevé, dans la mesure où le cahier des charges Ecocert est LE SEUL à prendre en compte TOUS LES INGREDIENTS de la formule dans son calcul, y compris l’eau. Ce pourcentage minimum s’accompagne de conditions concernant chaque catégorie d’ingrédients certifiables puisque 95 % des ingrédients doivent être naturels ou d’origine naturelle.

La plupart des autres organismes ou associations calculent le pourcentage de biologique en excluant l’eau et les sels, ce qui mathématiquement gonfle de façon artificielle le pourcentage final de bio qui se retrouve affiché sur l’étiquette destinée à informer le consommateur.

 QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE ECOCERT ET COSMÉBIO ? 

Cosmébio et Ecocert, qui œuvrent toutes deux pour la cosmétique biologique et ont travaillé ensemble sur le « cahier des charges de la cosmétique écologique et biologique Ecocert » en 2002, sont deux structures différentes, indépendantes l’une de l’autre, aux statuts et aux missions distinctes :

  • Ecocert est un organisme de certification, indépendant et accrédité. A ce titre, Ecocert a développé et déposé le cahier des charges de la  » Cosmétique écologique et biologique Ecocert ».
    Ecocert contrôle les produits selon ce cahier des charges, et délivre la certification bio.
    Les produits concernés portent obligatoirement la mention « certifié par Ecocert ». C’est la seule mention qui garantit la certification bio pour le consommateur. Le produit peut ainsi être commercialisé en revendiquant sa qualité « bio ».
  • Cosmébio est une association professionnelle française, qui rassemble certains fabricants de cosmétique certifiée bio. A ce titre, Cosmébio a pour objectif de faire la promotion de la cosmétique certifiée bio auprès des consommateurs français. Sa mission n’est ni le contrôle ni la certification des cosmétiques. Pour communiquer, elle utilise les outils suivants :
    • la « Charte Cosmébio », qui est une version vulgarisée du cahier des charges d’Ecocert ;
    • le logo Cosmébio.

 

III. LA VALEUR HUMAINE

 

La qualité de vie est une valeur importante aux yeux du Fondateur du Comptoir Provençal des Argiles, M. Didier Phalip.

Ainsi le choix est fait de maintenir une structure  artisanale privilégiant le rapport humain.

La Comptoir Provençal est une entreprise de 5 salariés à caractère familiale permettant une flexibilité et une réactivité afin de répondre au mieux aux exigences du marché.

La partie production est assurée en partenariat avec quelques sous-traitants régionaux sélectionnés pour leur éthique compatible.

PHALIP Didier – Fondateur 1999

Gestion financière
Ressources Humaines
Relationnel et Communication
Infographie

Corinne – Assistante Commerciale 2001

Gestion du portefeuille clients professionnels France
Relationnel avec les 14 agents

Nadia – Assistante de Direction/Export 2007

Gestion administrative
Gestion du portefeuille clients Export

Danny – Magasinier 2010

Préparation des commandes
Gestion des stocks produits finis
Réception marchandise

Jean-Jacques – Logistique 2011

Contrôle qualité des stocks produits finis
Approvisionnements matières premières
Approvisionnements articles de conditionnement

Gilles – Directeur Commercial 2012

Encadrement des agents nationaux
Gestion du portefeuille professionnels PACA et CENTRE
Gestion des « Grands Comptes »

IV. LES GARANTIES

 

Conformément à la charte signée avec COSMEBIO et à l’éthique de l’entreprise, les soins Naturado en Provence sont garantis :

  • 95% d’ingrédients naturels au minimum dans le produit fini.
  • Absence d’OGM, parabènes, phénoxyéthanol, ingrédients issus de la pétrochimie ou chimie de synthèse ;
  • Pas de tests de produits finis ou de matière première sur les animaux.
  • Tout le processus de fabrication est contrôlé, jusqu’au conditionnement, les emballages et suremballages doivent être biodégradables et/ou recyclables.
  • L’étiquetage pour le consommateur doit être transparent.
  • Sans silicones synthétiques (non biodégradables), les parfums de synthèse, les colorants et pigments de synthèse.
  • Sans conservateurs trop puissants c’est-à-dire détruisant la flore cutanée naturellement protectrice ou réputés allergisants.
  • Sans matières premières non renouvelables comme les huiles minérales, paraffinum liquidum, qui sont des résidus de la pétrochimie.
  • Sans ingrédients obtenus par des procédés de fabrications non respectueux de l’environnement et les matières premières supposant la mort d’un animal.